Exposition


2012
04 juin

Nous passons … et tu demeures. La Herserie. Tours

La Herserie en Touraine du 21 avril au 21 juillet 2012

Marie Goussé Artiste invitée dans le parc en 2012.

Pour sa première, La Herserie en Touraine ouvre son domaine paysager à l’art contemporain en invitant Marie Goussé à y éclairer une pièce maîtresse de son paysage.
Nous passons et tu demeures créé en mai 2012 par Marie Goussé, est le point de départ d’une exposition promenade, qui suivant le souhait de Bénédicte et Laurent Dujardin propriétaires depuis 10ans, s’enrichira au fil des ans de nouvelles œuvres de plein air.

Passé l’entrée, le regard plonge à travers la verdure pour découvrir en contrebas le vallon.
Là-bas semble se dresser un très vieux chêne, qui malgré une mort apparente domine les alentours de sa fière verticalité.
Ici, devant nous, incongru en plein air, un cadre de musée vide, ouvert sur le paysage comme une fenêtre.
Son accrochage laisse à penser que le chêne qu’il encadre au loin dans sa perspective n’est pas véritable, mais artifice.

Par la mise en scène de ces contradictions:
-vie/mort, -apparition/effacement, -nature/ culture
l’idée de l’artiste Marie Goussé est de ‘peindre’ in situ une vanité* en utilisant les éléments réels d’un paysage, dont, ne l’ignorons pas,
nous faisons partie intégrante.

*Une vanité est une catégorie particulière de nature morte dont la composition allégorique suggère que l’existence terrestre est vide, vaine, la vie humaine précaire et de peu d’importance. Très répandu à l’époque baroque, particulièrement en Hollande, ce thème de la vanité peut s’étendre  à des représentations picturales comprenant aussi des personnages vivants

LA HERSERIE en Touraine
21, rue de la Herserie
37150 La Croix en Touraine
02 47 23 54 36
Ouverture tous les jours de 13 à 20h du 21 avril au 21 juillet


2012
18 mai

De l’autre côté… de l’œuvre

La médiation au cœur de l’action culturelle
Marie Goussé en mission de sensibilisation artistique

a le plaisir de vous convier le 24 mai 2012
pour la grande journée d’exposition des coproductions des élèves accompagnés de leurs professeurs et de l’artiste

au Manège

Parc Foch – Laon. 02
Av. Mal Foch, entrée aux anciennes casernes militaires

-11h présentations officielles

-9 à 19h pour les élèves, parents, professeurs et tous les amateurs

L’artiste sera présente toute la journée.

La charte du Pays du Grand Laonnois a identifié la culture comme axe de développement.

Pour la 3e année, il propose une action de sensibilisation à l’art contemporain à destination des scolaires. La sensibilisation aux arts plastiques par la rencontre avec ceux qui les produisent constitue une clef d’entrée, basée sur la proximité entre l’artiste et le public, originale et stimulante. Nommée « De l’autre côté… », cette action s’organise autour du montage d’une « expo-atelier » permettant aux élèves et au public de découvrir «l’autre côté » de la création artistique : la démarche, la production, les supports. Marie Goussé a été choisie pour en être la médiatrice dans 3 classes sur la saison 2012.

Plus qu’une exposition il s’agit de la grande journée de restitution des enfants, ils continuent à en être les acteurs jusqu’ à la clôture.

Information : tél. 03 23 80 77 22

Articles de presse concernant cette exposition


2011
23 mai

Invitation au labyrinthe, chemins voilés. Domaine départemental de Vizille. Isère.

Domaine de Vizille, Isère

Du 20 mai au 19 septembre 2011 le parc du Domaine de Vizille est transformé par la plasticienne Marie Goussé. Un immense labyrinthe de toile, de 36 mètres de large s’étend sur plus de 44 mètres de long.

Pour la toute première fois, le Domaine de Vizille accueille une installation de cette envergure Ce labyrinthe trouve sa place dans ce lieu improbable où s’entremêlent les strates de la féodalité et de l’aristocratie, les souvenirs de l’Assemblée de Vizille de 1788 et d’industrieuses activités textiles au XIXe siècle.

Marie Goussé a le goût de la mémoire, qu’il s’agisse de celle des lieux ou de celle des matériaux. Les installations qu’elle conçoit se pensent toujours en fonction de l’espace qui les accueille.

Nous savons que dans les siècles passés il existait à Vizille une filature, -on faisait blanchir les toiles sur les prairies -et une manufacture d’impressions sur étoffes appelées ’indiennes’.

Marie Goussé a souhaité que les longueurs de voiles blancs du labyrinthe y fassent écho .A travers les méandres s’enchevêtrent l’histoire et l’espace

L’artiste parvient à laisser agir l’esprit du lieu en organisant des reflets sur des voiles, des apparitions, des perspectives troublées et des progressions apparemment naturelles.

Où nous emmènent ces chemins à travers les détours, les jeux de transparences et d’ombres; motifs fantômes, lointains échos des blanchisseuses et travailleurs d’indiennes, si ce n’est vers nous-mêmes ?

En juin des ateliers autour de la notion de Labyrinthe sont organisés pour les écoles dans le parc.

Château de Vizille
place de la  Libération
3820  Vizille.

Musée de la Révolution française

Domaine de Vizille: www.domaine-vizille.fr

Articles de presse concernant cette exposition


2010
10 mai

MATRICE. Musée Dauphinois. Grenoble

Musée Dauphinois

MARIE GOUSSÉ vous invite à une promenade de la chapelle, au choeur des religieuses jusqu’aux jardins en terrasses en passant par le cloître….
Installations présentées en ce moment au Musée dauphinois à Grenoble
“ Ma démarche s’inscrit dans le sillage du nouveau parcours proposé par le Musée dauphinois à l’occasion de la célébration du quatrième centenaire de l’ordre de la Visitation. Mon regard sur la robe, les femmes de l’ombre, les qualités dites féminines de consolation, de soin et de sollicitude, en est le fil conducteur. ”
Les créations de Marie Goussé réveillent l’esprit des lieux qu’elle investit en retrouvant les traces des présences passées. Ainsi, les vêtements devenus matériaux dans ses oeuvres, témoignent-ils du lien que le vivant tisse sans relâche avec ce qui a été.
Marie Goussé travaille aussi deux matériaux qui ont des connivences, la plume et le textile, tous deux enveloppent et réchauffent, telle une matrice créant la vie en un lent processus de transformations.
Le travail de Marie Goussé est éphémère, comme chargé de rétablir une fragilité dans ce lieu séculaire. Elle s’ empare du temps qui a fait son oeuvre, appose ses propres traces sur celles laissées par les moniales de Sainte-Marie d’en-Haut, déambulant en silence dans le cloître, recueillies dans le choeur des religieuses…

L’artiste vous guidera à travers son œuvre en une visite sensible et poétique pour La Nuit des Musées et les Journées du Patrimoine.

www.musee-dauphinois.fr

Articles de presse concernant cette exposition


2010
09 mai

REFUGES installations et sculptures. St Louis, euro district de Bâle

Forum de l'Hôtel de ville de Saint-Louis

Marie Goussé a le goût de la mémoire, qu’il s’agisse de celle des lieux ou de celle des matériaux. Les installations qu’elle conçoit se pensent toujours en fonction de l’espace qui les accueille, non pas au seul sens physique, mais aussi dans sa charge historique et symbolique. Après avoir travaillé dans de hauts lieux comme le Familistère de Guise, le site archéologique de Saint-Romain-en-Gal dans le Rhône, le parc Jean Jacques Rousseau d’Ermenonville, et pour l’été 2010 au musée dauphinois de Grenoble, elle proposera au Forum de Saint-Louis une exposition où la notion de refuge est centrale.

L’un des plus fertiles paradoxes de l’art de Marie Goussé est sa faculté de transfiguration. Voulant faire sentir la durée, elle s’en remet à des choses fragiles ou modestes. S’attachant à des idées et des sentiments, elle les traduit en une langue d’objets où les traces du quotidien servent de point de départ, et où la symbolique enfouie revient à la surface. De ses thèmes favoris, comme celui de l’habitat, elle fait des motifs non d’enracinement mais de partance.

C’est dire qu’elle nous place souvent à la fois dans l’ici et l’ailleurs. Car les refuges de Marie Goussé ne seront pas, selon ses propres dires, des lieux de retrait et d’isolement régressif mais des endroits où reprendre force, au contact d’un familier à jamais étrange.

Forum de la Ville de ST Louis, Euro district de BÂLE, entrée libre

Pendant Art Basel: performance au soir,  lectures par Geneviève Koechlin et Laya Ulrich, improvisations musicales par Jérome Forher.

Articles de presse concernant cette exposition


2009
17 sept

LES VEILLEURS architectures éphémères et poétiques. Ermenonville. Oise


Les Veilleurs au Parc Jean-Jacques Rousseau

Préalable

Depuis la nuit des temps, il se trouve toujours un esprit sage pour dénoncer les destructions de la vie par l’homme : l’anéantissement des troupeaux, le détournement des rivières, les abatages de forêt, les déplacements de population…
Autant la destruction a aveuglément perduré au fil des millénaires, autant des guetteurs bienveillants ont continuellement mis en garde contre les dangers grandissants de l’exploitation de notre planète et de ses habitants.
Mais où sont nos veilleurs d’aujourd‘hui ?
Quels sont ces personnages éveilleurs de notre conscience ?
Peut être aimeraient-ils planter leurs tentes un moment, au Parc Jean Jacques Rousseau ?
Il semblerait qu’ ils y viennent reprendre leur souffle…
Habilement, ils y ont laissé des traces, comme autant d’indices mis à notre disposition, pour, à notre tour devenir des veilleurs.

Présentation

Exposition promenade en plein air, dans un lieu magique de plusieurs hectares.
De place en place on découvre de curieuses installations toutes légères, douces et provisoires, signes de leur soin à ne pas abimer la nature et à favoriser la vie.
Certains aménagements se présentent comme des observatoires du mouvement des saisons : barques –bulle sur le lac, nichoirs – hamac sur le haut des branches, abris –reposoirs dans les fourrés. D’autres éléments semblent bien être des messages ou leurs signatures : grands dessins -études transparents accrochés aux arbres et des miroirs -mémoires cachés dans les rochers. Et d’autres encore témoignent de remèdes qu’ils ont apporté à la nature comme ces pansements de plumes.

Informations pratiques

LES VEILLEURS, Architectures éphémères et poétiques de Marie Goussé

au Parc Jean Jacques Rousseau d’ Ermenonville. Oise.
Du 18 septembre, au 15 décembre 2009.

Conseil Général de l’Oise 03 44 06 60 48

Inauguration en présence de
Monsieur Yves Rome Président du Conseil général de l’Oise,
Monsieur Jean –Paul Douet Vice Président chargé de l’action culturelle et
Marie Goussé l’artiste,

le vendredi 18 septembre à partir de 18 heures, cocktail au bord du grand lac.

Articles de presse concernant cette exposition


2009
10 avr

LIEUX DE REGARDS. Parc de Clères. Seine-Maritime

Grâce à la ponctuation de points du paysage par un ‘mobilier habitable’ inhabituel et perturbant, les Lieux de Regards propose un nouveau parcours libre du Parc ornithologique de Clères, alliant art contemporain, architecture et nature.

Parc de Clères

Structures éphémères de matières textiles souples et transparentes, les installationsgrandeur nature de Marie Goussé sont conçues de manière à pouvoir accueillir plusieurs visiteurs sans les contenir, sans les enfermer.

Leurs ‘cloisons’ libres aux vents, sans couture, munies de larges portes et fenêtres n’ont ni sol, ni couverture.

Elles bougent, s’animent, respirent et se soulèvent en frôlant le visiteur.

Curieuses tentes vivantes aux voiles percés d’oculus, leurs volumes évoquent des bulles ou de grandes enveloppes muées de battements.

La forme des installations, à la fois abris, observatoires et reposoirs, favorise l’immersion dans le climat particulier de ce parc.

Par ces stations dans le paysage le promeneur est peu à peu conduit à la lenteur.

Les oculus, fenêtres rondes, que l’on peut aussi appeler regards, ouvrent de nouvelles perspectives sur le paysage. Elles permettent aux promeneurs de re -visiter les lieux, d’en mieux perce –voir le vivant.

Dans leur progression, ils sont amenés -à s’arrêter pour observer, ressentir, penser, -à.renforcer leur regard sur la vie à l’œuvre au Parc comme sur eux-mêmes.

Ce nouveau parcours nous offre aussi la possibilité de regarder comment les gens déambulent, traversent ce monde, accumulent des sensations, qui finiront par modifier quelque chose de leur regard.

Didier Marie, Président

du Conseil général de Seine Maritime,

Dominique Chauvel, Vice Présidente

Chargée de la Culture et du Patrimoine

Paul Astolfi Directeur du Parc de Clères

sont heureux de vous inviter à l’inauguration de

LIEUX DE REGARDS

au Parc de Clères, à 30km de ROUEN

le samedi 11 avril 2009 à partir de 17heures.

Articles de presse concernant cette exposition


2008
01 juin

DEPOUILLES DELICIEUSES. Château-musée de Dinan. Côtes-d’Armor

Château-musée de Dinan

Pendant cinq semaines, c’est à Dinan que revient le plaisir d’accueillir Marie Goussé qui logera à la Vignette, la résidence d’artistes gérée par la société « Les Amis de la Grande Vigne » dans une dépendance de la Maison d’artiste de La Grande Vigne, sur le quai de la Rance. C’est la première fois qu’un artiste contemporain, dont les oeuvres vont investir le Château-musée et la Tour de l’Horloge, séjourne sur place pour sa création. Elle s’imprégnera ainsi de l’ambiance des lieux afin de créer des oeuvres qui leur feront écho. Parmi la vingtaine d’oeuvres exposées, plus des deux tiers seront réalisées sur place. À titre d’exemple, La Robe Pieuvre trônera sur le puit médiéval du donjon. Spécialement conçues pour l’exposition Dépouilles délicieuses, ces créations – installations et sculptures – se veulent un hommage à l’Histoire du Musée de Dinan, à la fantaisie éclectique de son fondateur Luigi Odorici, à ses gisants et à ses collections textiles. En outre, cette année coïncide avec la célébration du centenaire de l’installation des collections du musée au château.

L’oeuvre de Marie Goussé étonne, dérange, interpelle, ses créations ne laissent pas indifférent. Placées sous le signe de la fragilité et de la transformation, elles s’opposent à la pesanteur du patrimoine bâti et à l’inaliénabilité des collections publiques. En instaurant un dialogue entre l’artificiel et le naturel, le fabriqué et le sauvage, l’artiste interroge l’opposition entre nature et culture et noue le lien entre elles. Par sa sensibilité à l’écoulement du temps, elle ouvre également la réflexion sur la durée, la pérennité et la mémoire. Elle propose un art protéiforme dans ses expressions, matériaux et techniques. Elle interroge les liens entre les lieux, les choses et les gens, entre le temps passé et le présent. Ces oeuvres invitent à déplacer le regard sur notre environnement et les objets familiers. Elles donnent à voir leur dimension cachée, proposent une réflexion sur l’objet indissociable de sa signification collective mais aussi dans son symbole intime, personnel. Marie Goussé propose des créations évolutives et met en avant la dualité entre le fixe, l’immuable et la mobilité, l’éphémère.


Marie Goussé a souhaité être disponible pour rencontrer le public, sensibiliser les écoles à l’art in situ et participer à la Nuit des musées et se tiendra également à la disposition des journalistes souhaitant l’observer dans son travail de création, soit au Château-musée, soit à la Vignette.

Château-musée de Dinan

Rue du Château

22100 Dinan

Articles de presse concernant cette exposition