Sélection biographique

Découvrir la vie de ces activités dans les Albums photos :
https://www.facebook.com/marie.gousse.9/photos_albums

2016 est l’occasion de montrer l’évolution de son travail dans l’Oise où depuis longtemps il n’avait pas été exposé. Deux expositions personnelles se complètent, l’une à Senlis sa ville natale et l’autre à Compiègne là où elle a son atelier et sa maison.

Pendant une résidence de jour au Lycée Saint Vincent de Senlis, elle accompagne les élèves sur la notion d’exil par diverses expériences de création.

C’est presqu’une mission d’ethnographe que le Service culturel du Conseil Départemental de Haute Savoie.et une association locale Les Artistes en Herbe confient à Marie Goussé en cette année 2015. Pour créer et réaliser une œuvre participative pérenne nommée ‘La Carrée du Giffre –Les voix de la rivière’, elle entreprend une collecte d’histoires en sollicitant des récits qui évoquent pour chacun sa relation à la rivière. A ces fins elle réside plusieurs mois à La Chartreuse de Mélan à Taninges. Roche Bobois utilise une série de ses sculptures pour son catalogue de meubles, qui est photographiée à Prague dans un appartement historique. La Galerie de Prêt de Compiègne fait l’acquisition de plusieurs de ses photographies pour enrichir son artothèque.

En 2014, les activités se multiplient tant pour la médiation artistique que pour la création d’œuvres. Elle anime le workshop étudiant de l’hiver, Sculpture Matériaux Souples à l’Ecole d’ Art du Beauvaisis. Tandis qu’elle installe ses Paysages en Valises au Safran à Amiens et y conduit un atelier Valises, sa Robe de Pêcheuse avec Mèche de Cheveux trône au centre de l’exposition Féminismes à La Chapelle Sainte Anne à Arles. L’Inspection Académique de l’Oise lui demande de réaliser la partie arts plastiques lors d’un stage de professeurs sur la notion de Temps. Avec la collaboration de la ville de Guebwiller dans le Haut Rhin elle réalise une aile aux plumes de céramique, montrée au Musée Théodore Deck. Enfin elle voit installer définitivement Les Pierres Nomades, série conçue en 2007, sur le sentier d’art du PLAD en Haute Savoie (Pôle Land Art Départemental)

Trois invitations la font voyager en 2013. -Le Centre d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de Limoges :CAUE Haute Vienne, pour présenter « Les Manteaux de la Ville » et réaliser un court métrage en lien avec ce thème. -L’évènement Marseille Provence Côte d’Azur. Capitale 2013 de la Culture pour réaliser une œuvre in situ au Château d’Avignon près des Saintes Maries de La Mer. -L’Association des Amis d’Alspasch dans le Rhin afin d’investir la chapelle au cœur de l’usine de recyclage de papiers DS Smith

Elle renoue avec la nature en 2012 afin de réaliser, sur un chêne séculaire une sculpture pérenne pour le parc d’une demeure privée en Touraine. Mais c’est surtout l’année où grâce au Soutien du Conseil Régional de Picardie à l’occasion des Portes Ouvertes des Ateliers d’Artistes, elle peut réaliser une sculpture textile avec des lés de plus de trente mètres de long : La Robe Lierre.

Avec son retour en Rhône Alpes en 2011, elle continue de tisser son fil d’Ariane. Le Domaine de Vizille Jardin Remarquable accueille le plus grand labyrinthe de voile jamais réalisé par l’artiste: 36 sur 44 mètres. Nous savons que dans les siècles passés il existait à Vizille une filature, -on faisait blanchir les toiles sur les prairies -et une manufacture d’impressions sur étoffes appelées ’indiennes’. Marie Goussé a souhaité que les jeux d’ombres et de reflets des promeneurs sur les longueurs de voiles blancs du labyrinthe y fassent écho. Ainsi, en invitant ses contemporains à travers les chemins du labyrinthe, histoires passée et présente tissent un parcours symbolique dans l’espace de ses méandres.

2010 afin de lier et d’animer les deux expositions ethnographiques annuelles du Musée Dauphinois à Grenoble : Habiter et Sainte Marie d’en Haut, Marie Goussé réalise un parcours d’œuvres in situ intitulé Matrice, de l’intérieur du musée jusqu’aux terrasses extérieures en passant par la chapelle et le cloître. Pour la première fois elle présente son travail en Alsace au Forum de Saint Louis, euro district de Bâle pendant la Foire d’Art contemporain de Bâle.

En 2009, le Conseil Régional de Picardie fait l’acquisition d’un grand tableau: le Disque de plumes; tandis que le Conseil Général de l’Oise lui commande une exposition éphémère pour préfigurer le réaménagement du Parc Jean Jacques Rousseau d’ Ermenonville.

A la fin de l’année 2008, Marie Goussé est choisie par la ville de Beauvais et plusieurs organismes de formation partenaires parmi une trentaine d’artistes, pour accompagner pendant 8 mois un groupe de 15 femmes. Grâce au Contrat Label Actif du Conseil Régional de Picardie, pendant leur réinsertion professionnelle, elles peuvent participer à la rénovation de leur quartier en réalisant des tableaux monumentaux. La même année, Florence Rionnet, directrice des Musées de Dinan et auteur d’ ouvrages sur l’histoire de l’art, invite l’artiste à séjourner un mois sur place pour créer ses Dépouilles délicieuses, un travail in –situ présenté de mai à octobre, faisant à la fois référence aux collections textiles, aux gisants médiévaux et au jeu de collage des surréalistes : Les cadavres exquis. C’est la première fois qu’un artiste contemporain, investit le Château Musée et la Tour de l’Horloge.

2007 est une année particulièrement riche pour Marie Goussé. Tandis qu’elle aménage son atelier de Compiègne, trois expositions personnelles dans l’Oise : Château de Pierrefonds, Espace Saint Pierre des Minimes de Compiègne et la Médiathèque Jean Moulin de Margny dévoilent différents aspects de sa démarche.

Un catalogue de 50 pages consacré à son travail est édité avec un texte de Jean Claude Le Gouic. Elle expose avec Acte 2 en Haute Savoie, avec La Nouvelle Galerie et l’ ADDC au Château de Monbazillac en Dordogne et elle travaille avecla Facim et le Programme Interreg III en Savoie.

En 2006, le Musée archéologique de St Romain en Gal /Vienne, du Département du Rhône a demandé à l’artiste d’habiller le site extérieur : enracinées dans la terre, gardienne de l’histoire enfouie, quatre installations monumentales et verticales, transparentes, fluides et légères entreprennent un dialogue poétique entre passé et présent.

Cette même année une œuvre double : Les Oiseaux , commande de l’Evêché de Beauvais pour l’Abbatiale de Saint Jean aux Bois voit le jour. Marie Goussé crééé une série d’œuvres sur la présence féminine au Familistère Godin de Guise pour l’ancienne Mercerie du lieu. Elle réalise un jardin potager aérien avec des jardiniers du Morvan, sous le regard de Jean Bojko et de son Théâtre -Eprouvette pour les Jardins d’ Etonnants.

Pour 2005, Ville de Vervins dans l’Aisne, en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture, la Drac Picardie, le Conseil général de l’Aisne, le Conseil régional de Picardie, l’association Tac Tic et le Syndicat d’aménagement de l’Oise amont, fait l’acquisition d’ une œuvre pérenne pour l’un de ses espaces verts.

De même la Direction de la Culture de la Province sud de Nouvelle -Calédonie, grâce au Ministère de la Culture et au soutien du Fonds d’aide aux échanges artistiques et culturels pour l’outre-mer, fait appel à elle–2004, pour la création d’une double installation intérieure et extérieure sur le thème art et nature.

Elle a exposé notamment dans le jardin du Musée des beaux Arts de Lyon -2006, aux Centres culturels de l’Ambassade de France et de l’Alliance française du Vanuatu -2004, au Centre d’Art visuel de Lauris en Lubéron -2003, à la Biennale Internationale d’Art Contemporain de Gumri en Arménie, à la galerie de la Mapra à Lyon –2002, au Safran à Amiens -2000, au Salon de Montrouge

De ses installations monumentales in –situ ont été commandées entre autres par la Biennale internationale du lin de Portneuf au Québec -2005, par André Pitte pour la Fête de La Clairette de Die -2002, par le Conseil Général de l’Oise en partenariat avec l’Onf et l’ Institut de France pour le parc de l’Abbaye de Chaâlis à Ermenonville -2000, par Maître Francis Briest pour le Donjon de Vez…

Enfin, son engouement à entraîner divers publics dans son travail lui ont permis d’intervenir pour des musées, Lycées agricoles et professionnels, collèges, et grand nombre d’écoles primaires en partenariat avec les Ministères de la Culture, de l’Education Nationale, de l’Agriculture, les Drac Picardie, Paca et Rhône Alpes, les Conseils Régionaux de Picardie et de Rhône Alpes, et les Conseil Généraux de l’Aisne, de l’Ardèche, de l’Isère , de la Seine Maritime et de l’Oise.